QUITTER LE SITE

Principes directeurs pour l'élaboration d'instruments juridiques concernant les mutilations génitales féminines

  • Ces textes doivent être rédigés avec précaution, dans le souci de protéger les victimes et les victimes potentielles, qui sont très souvent de très jeunes fillettes. La pratique des MGF est profondément liée à des questions de genre, de condition des femmes et à la notion qu’ont les femmes de leur propre identité. Si la pratique des MGF constitue une atteinte reconnue aux droits de l'homme, le fait de ne pas s'y soumettre peut exposer certaines femmes à d'autres formes de discrimination et de préjudice. De profonds changements en matière de normes sociales et de convictions personnelles sont donc nécessaires pour mettre un terme aux MGF, même si les lois restent des instruments essentiels à la lutte contre ces pratiques.
  • L’action gouvernementale et législative doit prendre des formes multiples et faire appel à divers groupes, en mobilisant les services qui ont en charge l’éducation, le droit, la santé, ainsi que les dirigeants culturels ou religieux, pour parvenir à un véritable changement et à la disparition des MGF. « Si le recours à des mesures juridiques doit être envisagé avec attention et mis en œuvre en conjonction avec d’autres initiatives pédagogiques, les lois peuvent s’avérer de précieux outils de changement, donnant davantage de moyens aux ONG et aux personnes pour convaincre telle ou telle communauté d’abandonner cette pratique. » Female Genital Mutilation: A Guide to Laws and Policies Worldwide, p. 13.
  • Les gouvernements doivent accorder une attention toute particulière à l'application et au suivi des lois contre les MGF. See: Implementation and Monitoring Sections of this Knowledge Asset.