QUITTER LE SITE

Information et sensibilisation

Les lois sur le harcèlement sexuel doivent affecter des moyens à des actions d’information et de sensibilisation. [Cross link to Chapter Application de la législation] Ceux-ci pourraient prendre la forme d’allocations budgétaires spécifiques à des programmes gouvernementaux, ou d’allocations financières à des ONG chargées d’élaborer des programmes de sensibilisation et d’information. De nombreux pays se sont engagés dans cette voie, par exemple :

  • en faisant du harcèlement sexuel l’un des thèmes des campagnes nationales contre la violence envers les femmes ;
  • en introduisant des cours sur le harcèlement sexuel dans les programmes scolaires ;
  • en élaborant des campagnes médiatiques destinées à promouvoir l’égalité des sexes et à informer les femmes sur leurs droits lorsqu’elles ont été victimes de harcèlement sexuel.

(Voir : Campagne pour l’élimination de la violence envers les femmes (Japon, en anglais) ; Module d’éducation sociale et de sensibilisation aux questions d’égalité (Irlande, en anglais) ; Campagnes radiophoniques de prévention du harcèlement sexuel (Costa Rica, en anglais) ; Institut coréen de formation à la promotion de l’égalité des sexes et à l’information dans ce domaine (Corée, en anglais) ; Introduction de la violence envers les femmes dans les programmes d’éducation civique (Slovaquie, en anglais).)

 

UNE PRATIQUE ENCOURAGEANTE – Des programmes de sensibilisation en Slovénie et en Croatie

En 1997, en Slovénie et en Croatie, des syndicats, des groupes féminins et des universités se sont alliés pour lancer de vastes campagnes de sensibilisation sur le harcèlement sexuel sur le lieu de travail. Ces campagnes avaient pour objectif de changer les attitudes dans le monde du travail et d’informer les femmes sur leurs droits légaux d’être protégées du harcèlement sexuel dans leur travail. Des milliers de brochures et d’affiches ont été distribuées, fournissant des conseils aux employées victimes de harcèlement sexuel et indiquant aux femmes « comment dire non à votre chef ». Les affiches et les brochures ont été exposées dans les banques, les postes, les gares, les cabinets médicaux, au parlement et dans les organismes gouvernementaux. Par ailleurs, un manuel sur l’élaboration de directives internes sur la prévention et l’élimination du harcèlement sexuel dans les entreprises et des cassettes vidéo présentant le problème du harcèlement sexuel sur le lieu de travail ont également été distribués lors d’ateliers de formation de formateurs. La campagne s’est traduite par la publication de 95 articles dans la presse écrite, la diffusion de 7 émissions de télévision et une large couverture radiophonique en Slovénie, ainsi que par 50 articles et 4 émissions télévisées en Croatie. La campagne a aussi eu les répercussions suivantes :

  • des organismes gouvernementaux et des syndicats ont mis en place des permanences téléphoniques de conseil en matière de harcèlement sexuel ;
  • une grève a obligé une grande société slovène à donner suite aux accusations de harcèlement sexuel formulées par ses employées ;
  • une nouvelle loi du travail interdisant le harcèlement sexuel a été rédigée en Slovénie ;
  • les premières actions pénales pour harcèlement sexuel ont été engagées en Croatie ;
  • les syndicats croates ont adopté des politiques de lutte contre le harcèlement sexuel ;
  • la campagne a sensibilisé la population au problème du harcèlement sexuel sur le lieu de travail.

Voir : Pour une vie sans violence : stratégies médiatiques et de communication pour mettre fin aux violences à l’égard des femmes, Chapitre 2 : agressions sexuelles et relations sexuelles forcées - Dire non au harcèlement sexuel sur le lieu de travail (en anglais), 28.