QUITTER LE SITE

Irrecevabilité du « syndrome d’aliénation parentale »

La loi doit établir que le « syndrome d’aliénation parentale » n’est pas une preuve recevable dans les audiences relatives au droit de garde ou de visite. Ce terme désigne une situation dans laquelle l’un des parents est accusé d’aliéner l’enfant de l’autre parent. Or, dans les situations de violence familiale, certains comportements raisonnables destinés à protéger l’enfant des mauvais traitements peuvent être interprétés à tort comme un signe d’instabilité. Voir : Qu’est-ce que le syndrome d’aliénation parentale (en anglais), Conseil directeur sur la maltraitance infantile et la violence interpersonnelle, consulté le 2 septembre 2010.

Sujet suivant   Droit de visite

 Sujet précédent Dispositions légales concurrentes