QUITTER LE SITE

Autres professionnels de l’application de la loi

  • Il faut examiner tous les aspects des institutions et systèmes pouvant avoir intervenir dans l’application des lois en matière de violence à l’égard des femmes. Dans beaucoup de pays, la formation des agents de l’immigration est un outil essentiel de mise en œuvre. Par exemple, après l’adoption en Thaïlande de la Loi réprimant la traite des personnes (en anglais), une formation est désormais dispensée aux agents de l’immigration du ministère du Développement social et de la Sécurité des personnes, notamment à ceux qui étaient appelés à se trouver en contact avec les victimes de la traite des personnes parmi les populations migrantes, pour leur apprendre à repérer et à assister les victimes et pour les familiariser avec les aspects juridiques de la protection de celles-ci. Voir : Training of Immigration Officers on Trafficking (La formation des agents de l’immigrations sur la traite des personnes), Base de données du Secrétaire général de l’ONU sur la violence à l’égard des femmes.
  • Au Royaume-Uni, comme dans de nombreux pays, les services de la libération conditionnelle jouent un rôle important dans les affaires de violence domestique. Des directives ont été publiées en la matière, spécialement axées sur ces services, dans le cadre de la Loi sur la violence domestique, le crime et les victimes adoptée en 2004. Voir : National Probation Service Interim Domestic Abuse Policy (Politique intérimaire en matière de violence domestique à l’intention des services de probation), Base de données du Secrétaire général de l’ONU sur la violence à l’égard des femmes.
  • La violence à l’égard des femmes est un grave problème dans les prisons. Beaucoup de femmes ont été victimes de violences avant leur incarcération ou peuvent l’être encore pendant celle-ci. Au Japon, la loi relative aux services pénitentiaires prévoit une formation aux droits de l’homme, pour les agents de l’administration pénitentiaire, axée notamment sur la prévention de la violence et du harcèlement sexuel dans les prisons. Voir : Training Institute for Correctional Personnel  (Institut de formation pour le personnel pénitentiaire), Base de données du Secrétaire général de l’ONU sur la violence à l’égard des femmes. Au Royaume-Uni, les Directives relatives à l’appui aux femmes victimes de violences et d’abus (en anglais) ont été distribuées dans toutes les prisons pour femmes.